mardi 4 février 2014

Ecrire...

Mon blog c'est quoi finalement... mes réussites parfois, mes rencontres aussi, desquelles naissent de beaux tandems et des projets pleins d'espoir souvent relégués au fond de l'ordinateur. Ce sont des mots qui se posent comme des esquisses, des désirs d'aller plus loin. Des croquis écrits, des essais qui osent ou qui s'oublient...

Ce devrait peut-être plus souvent être le reflet de ce qui se cache dans mes "documents", mais ce courage-là, montrer son travail pas abouti ou en quête d'approbation, n'est pas toujours évident. Mais ce soir une envie, comme parfois je l'ai déjà eue, de vous montrer un petit bout d'un roman achevé et qui dormira tant qu'il n'aura pas trouvé sa maison charmante... Une atmosphère magique, une aventure bizarre, un plaisir à écrire...  Un petit extrait pour vous, zieuteurs et passeurs de tous poils, au moins ici il gardera un œil ouvert ! C'est déjà ça ! Merci d'être là !


- Marigol ? C'est toi ?
Des lunettes d'aviateur le fixaient avec insistance. On aurait dit une mouche aux yeux exorbités. Avec son casque lisse sur la tête, son épaisse veste à col fourré et son pantalon de golf bien rentré dans deux solides et hautes bottes marron, l'homme qui venait de lui poser la question semblait tout droit sorti d'un film en noir et blanc. Ses deux mains gantées de cuir étaient posées sur ses hanches dans une attitude d'attente impatiente. Il penchait son buste vers le jeune garçon et semblait guetter une confirmation qui ne venait pas. Marigol était tétanisé par cette apparition. Toute la nuit il s'était tourné et retourné entre ses draps, incapable de trouver le sommeil. Il avait tout imaginé sauf cette voix forte sortant de sous la grosse moustache taillée en pointe et qui se soulevait à chaque mot comme pour mieux les surligner.
- Alors ? Tu as perdu ta langue ?
Marigol avait très envie de lui dire que s'il ne l'avait pas perdue, elle était depuis belle lurette bien carbonisée par les punitions à répétition de La Pivert, mais il avait peur d'être insolent. Aussi, se contenta-t-il de répondre, de murmurer plutôt, comme à son habitude : 
 - Oui... c'est moi. 

14 commentaires:

  1. Merci à toi d'écrire de si jolies histoires

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'ai de la chance, de te lire si souvent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai la chance que tu veuilles bien me lire !

      Supprimer
  3. on entre un peu plus dans ce tiroir secret... et c'est magique de pouvoir voyager avec tes mots !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, ben, ça marche... On a envie d'en savoir PLUS !!!

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi je veux en savoir plus! Alors qu'est-ce qu'il se passe après? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un avion, un manoir brûlé, des plumes, une cousine, une reine du désert à sauver...

      Supprimer
  6. C'est beau... Merci de ce partage, Anne !

    RépondreSupprimer
  7. Tu as raison, c'est délicat de dévoiler ses doutes sur un blog... Même s'il est suivi par des copines!!!!!

    RépondreSupprimer